Industrie

 Traitement des rejets industriels

 
 
 
 
 
 
Dans l'industrie les émissions de COV sont essentiellement dues à la combustion et à l’utilisation de solvants, dégraissants, conservateurs… et proviennent donc de sources très nombreuses. Selon le CITEPA, en 2006, les émissions en France s’élevaient à 1336 kt (soit une diminution de moitié entre 1988 et 2006), dont près de 30% proviennent de l’industrie manufacturière et 5,4% des secteurs de transformation d’énergie. Le transport, l’agriculture et le résidentiel tertiaire représentant les autres secteurs responsables de la production de COV par l’homme. L'arrêté du 2 février 1998 relatif aux émissions de toute nature des installations classées pour la protection de l'environnement soumises à autorisation fixe les concentrations des rejets en COV.

La France s’était engagée dans le cadre du protocole de Göteborg (1999) à réduire ses émissions de COV d’environ 40% entre 1999 et 2010. Ces engagements ont été repris par la directive du 23 octobre 2001 (2001/81/CE) fixant les plafonds nationaux d’émissions pour certains polluants, imposant ainsi une limite aux émissions de COV à respecter en 2010 (1 050 kt/an). Cette directive est actuellement en révision et un nouveau plafond, plus faible, devra être respecté en 2020.
 

En juin 2003, le gouvernement français a adopté un programme de réduction des émissions de COV qui concerne l’ensemble des secteurs (industrie, transport bâtiment, agriculture (arrêté du 8 juillet 2003). Suivant ce programme, des actions d’inspection ont été engagées auprès des établissements recensés par les DRIRE, émettant plus de 30 tonnes de COV par an, ainsi que vers les industries pétrolières et chimiques présentant des sources d’émissions diffuses. La circulaire du 28 novembre 2006 oblige maintenant ces établissements à déclarer annuellement au préfet le niveau de leurs émissions. Par ailleurs, compte tenu des pics d’ozone observés en période estivale, les textes réglementaires en vigueur demandent l’application de mesures d’urgence pour les plus gros émetteurs industriels.

 

Selon le CITEPA, l’ensemble des mesures entreprises depuis une dizaine d’années a conduit à une réduction sensible des émissions globales de COV sur le territoire français. Parallèlement, il faut souligner cependant que le nombre d’établissements industriels concernés recensés par les DRIRE a augmenté fortement au cours de cette même période. En région Centre par exemple, 95 établissements étaient recensés en 2002, alors qu’en 2007 ils étaient 230 émettant plus d’une tonne par an de COV. En 2005, le Registre Français des Emissions Polluantes a recensé 919 sites industriels émetteurs de plus de 30 kt/an en France, dont 750 avaient rejeté à l’atmosphère 155 kt de COV.
 
 
 
Le procédé de traitement des rejets développé par BIOWIND permet de traiter tous types de Composés Organiques Volatils et d’odeurs. Il permet d’obtenir un abattement total des COV pour des coûts de maintenance et de fonctionnement faibles. Ce procédé totalement innovant au niveau industriel fait l’objet de plusieurs brevets. Il est très rentable pour traiter des rejets ayant des charges en polluant relativement faibles (<3kgC/h). La température de l’air, son humidité relative et le ou les types de polluants à traiter sont des paramètres essentiels au bon dimensionnement de nos installations.

 



livraison
   
Produit certifié

Siège social : Parc d'activité de la Houssoye 59930 LA CHAPELLE D'ARMENTIERES - France
Tél. : +33 3 20 10 50 50 - Fax : +33 1 73 76 87 85